logo_amca_1100.jpg

Ivan  KOŽARIĊ - biographie 

i-kozaric1

 

 

Né en 1921 à Petrinja, au sud de Zagreb, Ivan Kožarić est diplômé en sculpture de l'Académie des Beaux-arts de Zagreb, en 1947.

Il achève sa spécialisation en 1949 auprès du grand sculpteur croate Antun Augustincic et séjourne au début des années 60 à Paris comme boursier, où ses œuvres sont remarquées par le critique d'art Jacques Lassaigne et exposées à la galerie Maguy.

 

Ivan Kozaric   
MGubec-KOZARIC

 

Il retourne ensuite à Zagreb où il rejoint le groupe Gorgone qui réunit quelques-uns des plus grands noms de l'art contemporain croate.

 

Ses œuvres, qui ont fait l'objet de plus de soixante expositions individuelles et de plus de deux cents expositions collectives, en Croatie comme à l'étranger, ont notamment été exposées à la Biennale à Venise, en 1976, à celle de Sao Paolo, en 1979 et à Paris au Musée d'Art Moderne de la Ville en 2002.

Beaucoup sont mentionnées dans de prestigieuses anthologies de sculpture.

 

Conception du projet de monument à Matija Gubec, 1971

homme-assis-KOZARIC

Certaines ont été acquises par des musées, croates et étrangers, ou intégrées à de prestigieuses collections privées.

Depuis 1997, Ivan Kožarić est membre de l'Académie croate des Sciences et des Arts. Il vit et travaille à Zagreb.

 

A la fois charismatique et inclassable, Ivan Kožarić poursuit sa quête créatrice depuis un demi-siècle, recherche qui l'a mené de la sculpture moderne existentialiste aux installations conceptualistes, réalisées in situ, en passant par le constructivisme massif.

 

 

Homme assis, 1954 

Parmi les artistes croates contemporains, Kožarić occupe une place à part. Son oeuvre, caractérisée par une profusion de styles, témoigne avant tout de sa quête inassouvie, marquée par de multiples inspirations à travers les âges et les époques, qui remonte jusqu'à l'Antiquité grecque, et enrichie d'une empreinte personnelle reconnaissable. Ses phases expressionnistes, existentialiste et constructiviste témoignent d'une sensibilité certaine ; Kožarić nous dévoile un esprit en éveil permanent, à la recherche constante de compositions inédites.

Son art est davantage un point de jonction entre ces différentes écoles, qu'une simple synthèse. Malgré ses quatre-vingts ans passés, l'artiste fait preuve d'une vitalité créatrice exceptionnelle affranchie de tous les canons, d'une approche conceptualiste novatrice qui fait fi des conventions, d'une fantaisie déconcertante, qui va de l'emploi de légumes frais dans ses compositions plastiques à la construction de sculptures gigantesques irréalisables, à l'instar de son appel, certes un brin provocateur, en faveur d'un utopique moulage de l'entière surface du globe terrestre...

Artiste populaire, Kožarić transforme le monde en art.

Après le massif Torse (1954), qui évoque le style de Brancusi ou de Zadkine, son filiforme Homme assis expressionniste, pourtant sculpté la même année et apparu de son propre aveu comme "une oeuvre destinée à s'inscrire dans une installation qui se poursuit encore aujourd'hui", deviendra au fil des ans une figure emblématique de sa création.

Ses fameux Serpentins en feuille d'aluminium, courant sur des dizaines de mètres, lui donneront un prolongement spatial, voire temporel, des plus inattendus, compte tenu de l'association quasi iconoclaste du bronze brut et de l'aluminium froissé. Certains y ont vu une interprétation très libre de la célèbre Création de Michel-Ange à la voûte de la Chapelle Sixtine. D'autres ont pu dire des diverses déclinaisons de ce thème à travers ses œuvres, qu'il apportait une quatrième dimension à la sculpture moderne.

Néanmoins, s'il était un thème qui devait émerger de son activité créatrice foisonnante, ce serait sans doute la position assise, en rapport avec la pesanteur. Les Zagrébois connaissent bien ses sculptures qu'ils se sont déjà appropriées dans les rues de la capitale croate. On pourrait citer, outre le légendaire "Banc de A. G. Matos", qui occupe une place à part dans le cœur des Zagrébois, le "Soleil posé sur terre", qui fait désormais partie intégrante du paysage urbain du centre-ville de Zagreb.

Source : http://www.cronet.org/culture/kozaric2002.htm 

Qui est en ligne?

Nous avons 41 invités et aucun membre en ligne

contact/adhésion

Recherche

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données